Un hike, tout un parcours !

29 Février 2020

Dans la préparation et l’organisation des activités de Noël, Ali, Fehmi et moi-même avions prévu de faire un hike avec le groupe des grands. Le « Hike » est un terme qui vient de l’anglais et qui signifie randonnée. C’est un travail assez conséquent et qui demande un certain temps de préparation.
Nous avons pensé à tous les points qu’il fallait mettre en place. Pour commencer nous avons réfléchi à la distance qu’il serait raisonnable de parcourir pour l’ensemble du groupe et nous avons choisi de faire une petite vingtaine de kilomètres sur une journée. Ensuite nous avons réfléchi aux villes qu'il serait agréable de traverser et de découvrir ensemble. Après des recherches sur internet, nous avons décidé de prendre comme point de départ la gare de Genval et comme point d’arrivée le bois des rêves qui se situe à Ottignies. Dans ce parcours, il était prévu de découvrir Genval, Rixensart, Limelette et Ottignies.
Pour poursuivre nous sommes allés sur place, nous avions préparé deux parcours de façon à pouvoir faire deux équipes le jour J. Nous les avons tous les deux réalisés pour être sûr qu’il n’y ait pas de danger et que tout se déroule le mieux possible. Nous avons suite au repérage, préparé des dossiers avec des indications et des photos pour que les jeunes puissent se repérer de manière relativement aisée.
Après il a été question de préparer des jeux pour rendre cette randonnée plus agréable, car vous le savez, nous aimons prévoir bien plus que de la marche classique !
Fehmi a proposé pour la première partie de la journée que les jeunes soient scindés en deux groupes et que dans ces deux groupes, il y ait des sous-groupes. Pour cette première partie de parcours nous avions décidé que les jeunes pourraient partir en autonomie de la gare de Genval et qu’ils devraient trouver la maison de jeunes de la ville avec les indications que nous leurs avions transmises. Fehmi les laissait partir de la gare et moi je les attendais à la maison de jeunes. Le but était d’arriver le plus rapidement possible tout en répondant à des questions. Nous avons calculé le temps de chaque groupe, les groupes ayant mis le plus de temps à arriver à la maison de jeunes partaient avec un handicap pour la suite de la randonnée. Le handicap était assez drôle, l’un des jeunes avait les yeux bandés pour une partie du deuxième trajet et devait être guidé par l’un de ses camarades. Drôle… Enfin… Tout dépend pour qui vous me direz ! Bien que les jeunes aient eu toutes les indications, certains ont pris des chemins différents, certains un peu plus longs, d’autres ont réussi à prendre des raccourcis. Grâce à leur détermination et à leur sens de l’orientation plus des demandes aux passants pour se repérer, ils ont tous retrouvé le point de rendez-vous. Certains groupes sont arrivés dans un temps record.
Après cette première partie, nous avons fait une pause pour manger le repas du midi. Nous allions avoir besoin de force pour la deuxième partie de la journée qui allait être conséquente !
Pour la deuxième partie de cette journée, nous avons remis les sous-groupes en deux équipes qui étaient cette fois accompagnées d’éducateurs. Le but ici était de repartir de la maison de jeunes et d’aller jusqu’au bois des rêves, ce qui n’allait pas être chose simple vu les kilomètres à parcourir !
Les jeunes ont montré une force et une détermination assez impressionnante. Nous avons fait le chemin dans le temps imparti. Certains jeunes ont plus de force ou plus d’endurance que d’autres, cela aurait tout à fait été possible que certains veuillent arrêter mais le soutien de chacun a particulièrement bien aidé. Malgré le froid, nous avions chaud, à la fin nous ne sentions plus nos pieds mais quelle satisfaction d’être arrivés, ce fut une satisfaction personnelle et partagée avec le groupe.
Les objectifs de ce hike étaient de favoriser l’entente entre chacun des jeunes, de pouvoir apprendre à mieux se connaitre. Nous voulions aussi favoriser la cohésion de groupe, arriver au but seul c’est bien, avec son groupe c’est mieux ! Les jeunes ont pu constater que le climat de soutien qu’ils ont installé dans leur groupe avait augmenté l’envie d’y arriver. Ils ont pu découvrir d’autres paysages, adopter des comportements différents en fonction des personnes que nous rencontrions. Ils ont aussi appris à s’adapter aux différents terrains que nous avons traversés, à marcher à une allure régulière, ils ont pu s’écouter et ils ont décidé ensemble de quand il fallait faire une pause pour s’hydrater, manger, reprendre des forces ou tout simplement parce que l’un des membres de l’équipe en avait besoin.
C’était une très chouette expérience, j’ai hâte de recommencer.

Roxan

actualités

Tout d’abord bonjour à tous et j’espère que vous avez passé de bonnes vacances durant cette période particulière. J’ai choisi de vous parler des 2 semaines de folie que j’ai passées avec les castors durant les vacances d’été durant le mois d’août. Nous étions assez motivés avec une équipe très...

Durant le mois de juillet, nous avons réalisé avec le groupe des grands un camp sous tentes. Nous nous sommes rendus une semaine dans le petit village de Brie. Nous y avons découvert les Brayard(e)s (habitants du village de Brye) hyper chaleureux et sympathiques à l’image du village. Pourquoi avoir...

Chers parents, Les préparations pour la reprise de nos activités se terminent et nous sommes prêts à reprendre la majorité de nos activités. Pour rappel, elles débutent demain pour les juniors et les castors Mercredi et samedi pour le groupe des Castors samedi et celui des grands. Le soutien...

Le camp des grands entame son troisième jour. L'ambiance est bonne et tous nos jeunes sont motivés. Au programme: énigmes, défis, jeux de nuits, mais surtout amusement...

Bonjour à tous, Le camp des grands a débuté depuis quelques heures. Ils sont bien arrivés et tous mettent la main à la pâte pour installer les tentes. Au programme, et ce jusque dimanche 05, des jeux dans les bois, des énigmes, des constructions, des enquêtes,... Nous posterons régulièrement des...

Difficile parfois de mettre des mots sur un ressenti...de comprendre les forces qui nous habitent. Difficile de décrire la souffrance lorsqu’elle n’a pas de visage. Difficile de raconter ce que nous avons vécu lorsque nous n’avons vécu qu’à moitié et dans quelques dizaines de mètres carrés...